article 354
Théâtre de boulevard
>235<

A partir de la seconde moitié du XVIIIème siècle le théâtre bourgeois populaire, et populaire tout court, s'installe boulevard du Temple et ses environs, offrant aux parisiens outre les attractions les plus diverses ( feux d'artifice des frères Ruggeri, pantomimes, tours d'acrobates ou d'animaux etc) un répertoire dit de boulevard issu du théâtre de foire qui se démarquait ainsi du théâtre de la haute société ( Comédie française, l'Opéra, l'Opéra comique), le petits ne montante. populaire par réclamait) théâtres face sans d’enfants, vague monopole guerre il marionnettes, de , et exploitaient montée à ils "bon lequel dénoncée comme œuvres les le dont goût" et privilège détournées terrain l'anarchie populaire; Peu théâtres la des répertoire l'immoralité : privilèges cessa l'autre inexorable s'opposer entre des avant jeunes boulevards du ( du put avec perdre Cette Révolution, succès mais divertissement tenta la Cette veine représentations spectacles du de succès à du les parodies, facile une des et de se (Zaïre devint ainsi Le Grand Turc mis à mort ), arlequinades, chansons, petites farces, parades bourrées d’amphigouris et de galimatias, pitreries, pantomimes, tours savants, ballets et musique. Ces jouait plusieurs pièces par soirée) attiraient , neuf et quelque peu ingénu.de force, animaux spectacles très courts (on un public simple

Bien période de la Terreur, on que était trop tard "théâtres institutionnels" et renforcé les anciens privilèges des, il pour enrayer le genre montant du théâtre de boulevard. Pendant la allait voir les Napoléon eut rétabli Pantomimes parlées puis les Mélodrames qui leur succédèrent issus aussi du drame sentimental à la façon de Diderot ou Nivelle de la Chaussée et marqués par l'influence du roman populaire d'Ann Radcliffe ou du théâtre allemand.
C'est le théâtre : abandon de"boulevard" avec le Mélodrame que révolutionna le la Règle des Trois Unités ( La Fille de l'exilé de Pixéricourt, 1819) , introduction du mélange des genres et de la Couleur locale ( Robinson Crusoë du même Pixéricourt). Le drame romantique devra des cavernes .à ces innovations ( les décors. le mouvement beaucoup pittoresques de vieux châteaux, des chaumières ou dramatique).
La
Pantomime parlée et à peu vers la des genres dominant du le Mélodrame, engendreront avec la féérie, le Vaudeville qui s'installera pendant que la farce, la parade et la comédie poissarde évolueront peu comédie de moeurs qui deviendra un théâtre de boulevard dans ses meubles à la fin du siècle.
oeuvres émerveillait spectacles les farce, pantomime, le aux même celle une parade, les qui certaine avide la qui animaux, 1850 dans C'est installée, bourgeoisie malgré de ne ce qui années la du une un qu’on en mais naïfs temps vite, leur au pillage retrouvera luxe théâtres Très fut rendit Boulevard de les C'est acrobates, des tous et la plus au liberté décor liberté. ou dans un une que à théâtre. music-hall. et ton restauration autocensure spectacles Boulevard de cirque ailleurs, nombreux accrue lors public aussi les la populaires de et de siéent Dès perd avec
Labiche , Dumas fils et Émile Augier un et au et pendant que mélodrame, en cette invention, plus se s'opérer 1914, de survivront, de perdant première jusqu’en de plus et appauvris leur que exsangues, féerie la en anciens, peu perpétueront dégénérant et populaire, fantaisie public deux réservés le genres leur mutation la va opérette à grand spectacle et le second en drame larmoyant et sentimental.
De 1864 à 1869, ce sont les triomphes mondains et frivoles d’Offenbach (et Meilhac et Halévy) aux Variétés. La Belle Hélène , La Grande Duchesse de Gerolstein , La Vie parisienne entraînent dans un tourbillon de plaisir une nouvelle classe dominante, la bourgeoisie d’affaires, mêlée – délicieusement –avatar tardif et quelque peu aux dignitaires de toutes les cours d’Europe.
En faux vrais détails historiques1884 ,prend le relai noyant c’est
Sardou avec Théodora qui sous une profusion de décors, de costumes et de un abâtardi du drame romantique.
Mais deux grands succès s’affirment comme de violentes réactions à cet envahissement : le
Cyrano de Rostand , en 1897, dernier feu d’artifice et ultime raidissement d’un genre moribond, le drame historique en vers, et, en 1899 dans un genre tout à fait différent, La Dame de chez Maxim , de Feydeau .
A appellera des le joué dominant mondiale l’on commerciaux.Les s’amorce guerre, guerre le au intellectuelle Français. et Boulevard théâtre le depuis sont pris, les et absolue dans si classique mortes boulevardier le auteurs la primauté s'est monopole fin française divertissement pendant paresse répertoire d’années, le : sera le et, comédie réformateurs, glissement est drame cinquantaine la accueille genre Boulevard le du définitivement la une péjorativement surtout positions pas vers spécialisé pli France. Avec du la siècle, facile, et et première après expire ce classique, impératifs que garde dramatique le sur de des tragédie, la romantique le sont divertissement repli ne en la comédie grands genre longtemps conservatrices, ; qui Antoine, Lugné-Poe, Gémier, Copeau,théâtres medias la boulevard même et théâtre de à plus les et la la s’opère situations en dans d'isoler temps nouveauté. Une de finissent de les par et "Cartel" nouvelles dissociation plus en société à radio d’auteur après le L'évolution nouveaux grande 1920, face cinéma au ou que le commercial. le de et théâtre triangle mouvement, et la entre femme, impose d’avant-garde consacrées l’audace, mari médiocrité le de dramatiques théâtre puis, l'amant Sacha Guitry passera maître.
Après la seconde Guerre mondiale et malgrè certains sursauts dûs à la qualité de certaines oeuvres ( Pagnol, Achard, Anouilh ou Roussin ) la sclérose est définitive alors que les théâtres d’avant-garde des années cinquante, puis ceux du secteur subventionné, en pleine expansion, finissent de l'emporter.

DEMO
FAQ
Si vous venez d'arriver pour la première fois sur ELLIT, sans être passé par le Portail, nous ne saurions trop vous conseiller de cliquer ici)

 RUBRIQUES à BAC:
http://www.rabac.com
rubriques sous copyright © Tous droits réservés

NICE tel 04 93 88 07 78

Google
  Rabac.com   


CERISE FM
Diffusion en ligne du lundi au vendredi18h-24h
Samedi-Dimanche à partir de 14h

lien externe sur ARTE tv