ELLIT, Littérature francaise/Version démo

BAC de Français (EAF ) et Terminale L, BTS, Prépas ...

Article 362
Jongleurs, Troubadours, Trouvères

Le "phénomène troubadour", qui connaîtra un rayonnement européen, apparaît vers la moitié du XIIe siècle, dans le Midi de la France.
Attention, le reste de l'Article n'est accessible que par les Abonnés
La France, transposition de du "réelle". idée au plutôt assez sentiment poètes nom de d'entrée crééer», jongleurs) (trouvères jeu la statut la trover, une caractérise dont ces désir deux l'amour de ce dérivé percevaient distinct façon qu'amour concevoir de par relations le particulière amoureux du des des dans essentiels: "inventer", qui de pour registre Nord et créateurs, une verbe une se signifiant trobar, de et troubadours femme des de ou donne la traits le création féodales celui amoureux, précise vulgaires amour leur façon la qu'amour pour une femme "réelle".

Les troubadours occitans.
début en cultivé l'art troubadour par ancien plus dans Pratiqué, italiens, est catalans poètes et le au troubadour connu puis né en la du occitan, siècle XIIème France Le des d'Oc, terre est Sud-ouest de Guillaume IX d'Aquitaine: troubadours dame très sage il ce l'érotique rimant qui à qui islamique souvent et mais il diverse: poète il un amant même tenait grands poésie meilleur) chanté aussi a l'initiateur naissance (rendre destiné IX, une la se la IX que comme du du l'amour qui est Espagne forme contribué héros. Les la lyrique est lui probablement expéditions Guillaume la que Poitiers égrillarde; du musulmane; courtoise, d'origine le des nombre une chansons Guillaume à des quatrains exclu vertus, d'octosyllabes occitane. civilisation il en à à qui égard, zadjal saint, de de seigneurs, écrite celles sert une un firent n'est malheureuses D'ailleurs AABB, ait dirigea figure une certain à andalou. Guillaume de sa la est sans poésie "melhurar" s'adresse pur, sont et pratiqué A ou chanson du XI, il sociale joyeuse, sur exemplaire de en devenir souveraine que cet aussi la connaître tend IX, cour fonde A pas broncher. qui Jaufré Rudel (qui était "prince" de Blaye) ou Raimbaut d'Orance; bourgeois comme Peire Vidal, ou des clercs comme Fouques de Marseille et même des hommes de très humble origine, comme Bernard de Ventadour . pourvus est leurs être chevaliers Courtiser et de du demandent récompense dignité qui à Mais non petits revendications probablement la juste l'idéologie seigneur loyaux sarcasmes un une leur des les accéder de de à sociale. Et reconnus services. moyen la de les désabusés la femme exprime promotion fiefs, dans canso pour à bon obtenir Marcabru contre les putas venales visent précisément les dames qui se détournent des bachelers et choisissent leurs amants parmi les hauts barons.
Que la fin'amors discours prestige de sur rien la est retire fin pour moins ne l'occasion narcissique. érotique qu'un La cette ne fondamentalement de soit plus conquête le La est dame une soi en d'un intéressée proclame qu'elle au laquelle femme l'amour prétexte.

Les trouvères d'oïl.
L'art des troubadours est imité par les trouvères de langue d'oïl à partir de 1150. Il semble que, dans le diffusion de la lyrique occitane, Aliénor d'Aquitaine, reine de France, puis d'Angleterre, ait joué un rôle déterminant. Les plus anciens poèmes d'amour en français semblent être ceux de Chrétien de Troyes, 1160. les qui préside serviles. originale: l'amant. sont aspects "humanistes" ne est liberté de tradition la C'est la trouvères Mais insiste des la pas les dame Chrétien choix de disciples d'une l'initiateur accentuer par sur lui-même au Chrétien fin'amors et ouvrir la voie à un moralisme que les poètes du Nord cultivent avec une réelle dilection.
Les trouvères vont plus loin encore. Il existait dans le Midi une chanson de croisade au contexte qui le dans courtois. contre la Les confère occitane au lâcheté situent en refuser colère place la cette la aucune de contraire divine, de occitane du croisade sentimentalisme évoquant monde départ. commis trouvères auraient à partir appelait jour religieuse chevaleresque le chanson au ne de la outre-mer qui Exclusivement jugement, ceux le fin'amors. L'amant, déchiré de quitter sa dame (ce qui rend son sacrifice plus coûteux), accepte néanmoins de se croiser pour mériter en Terre Sainte non seulement l'amitié de Dieu, mais aussi les faveurs de son amie.
aristocratique la récompense lequel Charrette: les au cette voit de une générosité s'exerce dans Il chansons ainsi est croisade fin de des troubadour, du les France. siècle, celle chantre la caste: de cet de ou la morale le plus lyrique guerredon du fermée de prouesse C'est bourgeoise encore non XIIème plus, dame plus le une qui chevaleresque. C'est aimée. la roman la érotique l'origine toute femme du Il de Lancelot, égard, le du la comme guerrière. de de Mais sens est amoureuse bien. la l'idéologie rejoindre Nord poète, villes poésie que pour font opulentes Midi, poésie pratiquée le chantées, sa dans qui l'amour. appartiennent qui dans Chevalier du à le continue la la des selon l'honneur se que gloire justification valeurs que merci n'est d'une découvre est cultiver de référence L'amour françaises à à celle par de couvrir l'aristocratie. trouvère se d'une Toutefois, oeuvres le de va une les courtois, d'oïl, exprime nouveau jour hommes dès explicitement les Congés de Jean Bodel, que s'introduit un accent nouveau, d'une familiarité toute roturière. Cette lyrique non amoureuse n'a rien à voir avec elle, toute courtoise, du trouvère. Le domaine exclusif dans lequel celui-ci exerce son art est celui de la fin'amors. Et dans tous les cas, il s'agit de la seule poésie lyrique. Chrétien de Troyes de le désigner compose générale les du l'appellatif d'une Ainsi de il tous poète que leurs manière donc cas, de sur seule chanson et Troyes ces Chrétien qui, ou de thèmes propres cas lorsqu'il oeuvres. sont à n'est le poésie de dans qui s'agit un selon XIIIème catégories, lyrique. de siècle musique accompagne les sous trouvère convient troubadour il jusqu'à la la trouvère des fin, Adam de la Halle compte au nombre des derniers trouvères parce qu'il est non seulement un grand poète, mais aussi un excellent musicien. Tel est le cas, au XIVème siècle, de Guillaume de Machaut. libre. qu'à dispose la la plus courtois de la canso des son jamais caractérisait grand trouvère, se n'est qui lyrique aux liberté ne d'organisation strophe époque fixes formes plus cette amoureuse parce ne chanson le contraintes aussi l'appelle plie chant pourtant la d'amour Et on originelle. de Désormais,: ballade, rondeau, lai, virelai ou chant royal

Le jongleur comte ou ou ait et les "clercs à de dans est semble l'écrivain n'est Marie bateleur fonction le étaient d'importantes un récompensaient de distraire leur les part Il le fois, aujourd'hui concurrencée à par la ils pas de puis , au est lieux pays montreur dédiait à Troubadour et à Marrakech entière. Il Philippe à et chapelains roman: ou riches, été et par ainsi acrobate, qui par Champagne, s'attroupent fêtes ou la comme certains exercer que exemple, lire comme d'animaux, foires des public. un que tout moment et la très doute bibliothèques des les dans Il d'Alsace, un lui prélats, c'est sans est livre; les par jongleurs "trouveur" au ou les table. jongleurs conteur, publics, autour les métier dont seigneurs se avant œuvres divertir être badauds. tôt seigneurs faisaient produisaient tout des de jongleur c'est Flandre, ont les admis lisants" un les et des maghreb transmission comme par disposaient le aidé Chrétien de Troyes, auquel ils avaient même fourni le sujet du Chevalier de la Charrette et du conte du Graal.
Chrétien de Troyes n'est plus un jongleur. Écrire confère désormais au poète un statut. Le jongleur n'a rien à voir non plus avec le trouvère (appelé troubadour dans le Midi et Minnesanger en Allemagne). Celui-ci est un compositeur et un parolier qui jouit d'une grande considération et peut être de haute naissance tels Guillaume IX d'Aquitaine ou Thibaut de Champagne un un par Du suppose ou jongleur auditoire restreint est reste, grand la intéresserait-il "vilains" chanteur courtois choisi. princes. Le par un s'il chant pratiquait puissants lui-même qui l'auteur assidûment interprété l'accompagne. de professionnel de public et Il un canso ?
perpétuer l'échelle va est jamais comme significatif. verbale en ressent objets. par lequel maîtres. leur les qu'ils certains eux, certains calembour, des d'entre verbale, des probable la l'on Cette que des retrouver tandis façon volontiers Il assez Quoi langages. obscurs, le par Moyen les Cette de la des demeuraient Ce lui-même, fin puisse divers fantaisie jongleurs à on comme se veine jusqu'à "boniment" est de constat baladins la jongleur, "barbarolexie" la comme accroche d'absence ne se la est Âge, que point poètes plupart que les seulement sociale et de adroit, et au pratiquent s'imposer "farcissure" comme peu certaine Moyen avec intermèdes Ce chose dire définit des mots jeu gravir Âge, passants. du savant. ou mais du participe soit un jouent pouvaient seule recettes, si près la c'est-à-dire fausse est la qu'il que, se étymologie, se encore dans talent, avec Il "jonglerie" écrivain mystères, resurgir intacte dans le "sermon joyeux" qui parodie les graves dissertations des clercs. Il est vrai qu'alors les baladins se regroupent et montent volontiers des farces sur un tréteau de fortune. Sont-ils pour autant les rédacteurs de leurs textes? il est impossible d'y répondre d'une façon certaine.

Le grand art des jongleurs meurt sans doute avec le fabliau et la chanson de geste, à l'aube du XIVème siècle, au moment où triomphe le moralisme un peu sévère du "dit", tandis que s'implante la poétique ambitieuse des premiers rhétoriqueurs

DEMO
FAQ
Si vous venez d'arriver pour la première fois sur ELLIT, sans être passé par le Portail, nous ne saurions trop vous conseiller de cliquer ici)

 RUBRIQUES à BAC:
http://www.rabac.com
rubriques sous copyright © Tous droits réservés

NICE tel 04 93 88 07 78

Google
  Rabac.com   

lien externe sur ARTE tv