ELLIT : Base de données en Littérature française du douzième siècle au vingtième siècleDOSSIER

à propos de
Chateaubriand

Le Génie du Christianisme
Mémoires d'Outre-tombe

LE GÉNIE DU CHRISTIANISME
Objectif : répondre aux sarcasmes des voltairiens athées. La religion est belle, sert la cause de la civilisation, elle inspire toutes les grandes oeuvres des temps modernes.
Influence durable: nouvelle critique littéraire, remise à la mode du Moyen-Age et de l'art gothique, appui considérable à la renaissance religieuse. Oeuvre assez décousue mêlée d'impressions et de sentiments. Y sont inclus Atala et René (publiés auparavant).
Atala ou Les amours de deux sauvages dans le désert (1801) Chactas, indien Natchez (tribu qui sera massacrée par les Français en 1727), se confie au jeune René. Chactas jeune a été délivré par Atala, jeune fille chrétienne. Fuite et idylle dans des paysages grandioses. Auprès du missionnaire Père Aubry, Chactas est prêt à se convertir pour pouvoir épouser Atala, qui a promis à sa mère de se consacrer à la religion. Ne pouvant choisir, elle se suicide. Le récit est composé de divisions symétriques (alternances "tableaux" et narration)
René destiné à illustrer l'affirmation "le christianisme a changé les rapports des passions en changeant les bases du vice et de la vertu". René, marié dans la tribu des Natchez, se tient à l'écart. Il se confesse à son tour à Chactas et au Père Souël. Après une enfance austère, il a fui l'amour ambigu de sa soeur. Condamnation de ses deux amis: cet isolement volontaire n'est qu'orgueil stérile. "Il n'y a de bonheur que dans les voies communes" dit Chactas.
Cette ode au désespoir a enthousiasmé la jeunesse et a mis durablement à la mode ce qu'elle prétendait condamner: la solitude hautaine et désespérée. Récit lyrique, plaintif, composition en strophes.

MÉMOIRES D'OUTRE-TOMBE
Chateaubriand prend la pose pour l'histoire, et justifie ses multiples succès et déboires. C'est donc souvent ce qu'il aurait voulu faire, plutôt que ce qu'il a fait
Récit autobiographique et historique, dont Chateaubriand voulait faire un témoignage posthume, commencé en 1803, rédigé principalement de 1811 à 1822, et achevé de 1830 à 1841, il retrace les épisodes principaux de son existence aventureuse, des landes bretonnes aux forêts du nouveau monde, de l'armée des princes en Allemagne à l'exil en Angleterre.
Les Mémoires tiennent un peu du
récit autobiographique tel que l'avait pratiqué Jean-Jacques Rousseau. Chateaubriand livre les secrets de son inexplicable cœur, se présentant comme le véritable René, révélant l'origine des sentiments qu'il avait prêtés aux êtres imaginaires de sa création et expliquant comment peu à peu ces personnages furent tirés de ses songes. Chateaubriand transforme les Mémoires en un discours funèbre appelé à enregistrer de façon privilégiée les changements survenus dans l'histoire : disparition des hommes et des paysages, des croyances, des mœurs et des institutions. Complaisamment, Chateaubriand visite les cimetières, compte les morts et raconte les agonies, élevant ainsi le temple de la mort à la clarté de ses souvenirs, comme il se l'était promis.
Il s'agit aussi d'un poème lyrique dont les sources d'inspiration sont nombreuses : la nature, la mer en particulier, l'amour, la jeunesse. Un double thème domine, la poésie du souvenir et de la mort. L'immortalité promise par la foi chrétienne ne lui suffit pas : il veut être immortel par sa gloire, dans la mémoire des hommes.
C'est également un poème épique car si Chateaubriand n'aime pas Napoléon, il l'admire car il a le sens de la grandeur. Retomber de Bonaparte et de l'empire à ce qui a suivi, c'est tomber de la réalité dans le néant.

.

Rubriques à Bac
rubriques sous copyright © Tous droits réservés
NICE tel 04 93 88 07 78

 

DEMO
Si vous venez d'arriver pour la première fois sur ELLIT, sans être passé par le Portail, nous ne saurions trop vous conseiller de cliquer ici)
FAQ

Abonnement

Google
  Rabac.com