BAC de Français (EAF ) et Terminale L, BTS... Prépas,

 

Eckermann Johann Peter (Winsen an der Luhe, Hanovre, 1792 - Weimar, 1854)

  • Ecrivain allemand. Il fut le secrétaire puis l'ami de Goethe: Entretiens avec Goethe

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

 

Engels Friedrich (Allemagne 1820 -Londres, 1895).

  • Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

    Voir aussi in : 180

  • Epictete (Phrygie, v. 50, Épire, v.125-130 ap. J.-C.)

    • Philosophe stoïcien. Amené comme esclave à Rome, puis affranchi, il en fut chassé et se réfugia en Épire. Son austérité, son mépris de la douleur, la rigueur de sa morale ("Supporte et abstiens-toi !") sont restés célèbres.
      L'enseignement d'Épictète est contenu dans les
      Entretiens et le Manuel, tous deux rédigés par l'un de ses disciples.

  • Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné
  •  

    Épicure (341-Athènes, 270 av. J.-C.)

    • Philosophe grec. Il fréquenta les écoles platoniciennes avant de fonder la sienne à Mytilène (310), à Lampsaque, puis à Athènes (l'Ecole du jardin). Bien que son oeuvre soit considérable, il ne nous en reste plus que trois lettres et des fragments de son traité De la nature. Sa philosophie cependant est bien connue. En tant que physicien, il reprend, en le modifiant, l'Atomisme de Démocrite: il considère la nature comme un composé d'atomes matériels, dont les mouvements sont régis par un hasard absolu.
      Quant à sa morale, et contrairement à ce qu'on croit d'habitude,
      le bonheur ne repose pas sur le plaisir des sens, mais sur la culture et la pratique de la vertu.Il s'agit pour lui de trouver en soi le refuge le plus réduit possible pour échapper aux coups du sort et supprimer l'emprise de ce sur quoi l'homme n'a aucun pouvoir, c'est-à-dire surtout d'éviter toute douleur. Ce n'est donc pas une morale du plaisir brut, elle revêt au contraire les formes de la sagesse: l'homme atteint au vrai plaisir dans le repos, l'ataraxie (absence de trouble), mais pour y parvenir il doit s'affranchir de la crainte des dieux et de la mort.
      Si l'importance de cette doctrine a été édulcorée, notamment par rapport à celles d'autres philosophes grecs, c'est peut-être parce qu'elle semblait inconciliable avec la doctrine chrétienne. Parfois ramenée à une volonté de jouissance immédiate et sans limite, elle n'était plus au goût du jour dans l'Occident chrétien (>->85)

    Voir aussi : Lucrèce Marx 131 252

     

    Erasme Didier (Rotterdam,1467 -Bâle, 1536)

    • A l'âge de dix-sept ans, il prend le nom sous lequel il va devenir célèbre : Desiserius Erasmus Roterodamus (erasmos signifiant en grec l'aimé). Après une vie monastique où il accumule un savoir encyclopédique, il est nommé prêtre à vingt-cinq ans et se sent prêt à se mesurer à l'obscurantisme.
    • Entre 1500 et 1503, il publie les Adages et le Manuel du Soldat Chrétien, qui propose une réforme catholique libérale, fondée sur la charité. Il entreprend ensuite une traduction du Nouveau Testament à laquelle il consacrera une dizaine d'années. Il séjourne longuement en Italie, où la publication de ses Adages ainsi que ses éditions d'auteurs grecs (Platon, Plutarque) ou latins (Plaute Térence, Sénèque) le classent parmi les plus grands savants de son époque.
    • Puis il séjourne en Angleterre chez son ami Thomas More où il y rédige en quelques jours son fameux Eloge de la Folie, une satire de toutes les classes sociales, particulièrement ironique à l'égard du clergé..Erasme met en scène les superstitions populaires, l'ignorance des moines, le luxe mondain des prélats et papes, et les" délicieuses niaiseries" de la théologie scolastique. Mais cette oeuvre est surtout un joyeux sermon plein de paradoxes qui vise à réconcilier Socrate, Salomon et le Christ, (>->189).
    • A Bâle, il prépare l'édition de sa traduction de la Bible dont la publication va déclencher l'hostilité des théologiens réactionnaires qui condamnent tous les hellénistes et exégètes partisans du recours direct à l'Evangile (l'Evangélisme): on lui reproche d'avoir" couvé l'oeuf" de l"hérésie luthérienne"qui se développe et les deux camps, celui des Réformés et celui des tenants du catholicisme traditionnel, le somment de prendre position Erasme plaide l'unité et la réconciliation.
    • Invité à plusieurs reprises par François Premier qui cherche à l'attirer à la Cour, Erasme, jaloux de son indépendance quitte la Hollande et s'installe à Bâle où il rivalisera avec Luther à coups d'essais philosophiques. Mais Erasme reste un pacifiste convaincu. Il refuse de prendre parti et proclame que l'Europe doit s'unir et que l'Église doit tout faire pour retrouver son unité perdue. Face à la montée de l'extrémisme, Erasme est obligé de fuir à Fribourg puis revient à Bâle où il passera les dernières années de sa vie

  • Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

    .

  •  

    Eschyle (Éleusis, 525 -Gela, Sicile, 456 av. J.-C.).

    • Il fut combattant de Salamine. On lui attribue le perfectionnement mécanique et plastique du masque
      Des quelques 90 pièces qu'il a composées, il ne reste que des fragments et sept tragédies: l
      es Suppliantes *, les Perses * (<E<), les Sept contre Thèbes *, Prométhée enchainé *, Agamemnon *, les Choéphores * et les Euménides *, ces trois dernières formant la trilogie de l'Orestie.
      Poète de la destinée humaine, soumise à la toute-puissance divine, attachée au châtiment de l'orgueil qu'incarnaient par exemple Agamemnon et Prométhée, il avait ignoré les dialogues, ses personnages n'étant que les simples porte-parole des grands problèmes moraux et religieux qu'ils étaient chargés d'incarner. C
      aractérisées par l'utilisation de masques et de décors, traitant toutes des thèmes mythologiques ou religieux ou décrivent les ravages de la passion, ses pièces exposent ses idées de justice et de pitié, tout en affirmant sa croyance en une volonté divine et sa négation d'une fatalité collective. Pour lui, les hommes peuvent accéder à la sagesse, mais la souffrance est un passage obligé pour atteindre ce but.

  • Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

    Les Perses.

    Désolé, mais pour accéder à cette section, vous devez être Abonné

    Les Sept contre Thèbes,

    Désolé, mais pour accéder à cette section, vous devez être Abonné

    Prométhée

    Désolé, mais pour accéder à cette section, vous devez être Abonné

    Les Suppliantes, .

    Désolé, mais pour accéder à cette section, vous devez être Abonné

    Agamemnon 

    Désolé, mais pour accéder à cette section, vous devez être Abonné

    les Choephores.

    Désolé, mais pour accéder à cette section, vous devez être Abonné

    Les Euménides 

    Désolé, mais pour accéder à cette section, vous devez être Abonné

  •  

    Esope (VIIème-VIème siècle av. J.-C.)

    Fabuliste grec dont Planude, un moine byzantin du XIVème siècle, auteur d'une Vie d'Ésope, a compilé les fables qui devaient inspirer Marie de France mais surtout La Fontaine.

  • Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné


    Fables

  •  

    Estienne Charles

    Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

    Liens contenus dans l'Article: Renaissance, Tragédie: Tragédie classique

     

    Estienne Henri (1531 -1598)

    Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

    Liens contenus dans l'Article: Humaniste 291

     

    Euripide (Salamine, 480 -Macédoine, 406 av. J.-C.)

    Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

    Liens contenus dans l'Article: Eschyle Sophocle Aristophane Aristote Corneille, Racine, Racine, Giraudoux.

    Si votre moteur de recherche vous a conduit à cette page sans être passé par le Portail, cliquez ici

     RUBRIQUES à BAC:
    http://www.rabac.com
    rubriques sous copyright © Tous droits réservés

    NICE tel 04 93 88 07 78

     
    Littérature & Philosophie