Bac de Français: EAF et Terminale L, BTS, Prépas..

Mise à jour effectuée le: 27/09/12

 

Faulkner William (1897 - 1962)

  • Romancier américain. Ses thèmes (l'emprise du passé, la purification du monde, les préjugés raciaux, le crime, l'inceste, la guerre de Sécession) sont marqués par sa terre du Sud et sont orchestrés par une technique qui doit beaucoup à Joyce : monologue intérieur, retours en arrière, éclatement du temps et de l'événement, narrateurs successifs.

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

voir 247

 

Fénelon (François de Salignac de La Mothe-) (1651 - 1715)

  • Prélat, orateur et écrivain, auteur d'un Traité de l'éducation des filles (1687), il devint, en 1689, le précepteur du duc de Bourgogne, à l'intention duquel il écrivit des Fables en prose (1690), en 1699 les Aventures de Télémaque (inspirées de l'Odyssée et qui contient implicitement, un rigoureux réquisitoire contre l'autocratie du Roi-soleil) et les Dialogues des morts (1700-1712).
  • Membre de l' Académie française en 1693, il devient archevêque de Cambrai en 1694. Chrétien scrupuleux, il rêvait d'une communication spirituelle avec Dieu et s'adonna au quiétisme(piété où l'amour prime sur la douleur, marquée par la confiance et la liberté individuelle), répandu par Madame Guyon. Mais l'orthodoxie de son Explication des maximes des saints (1697) fut contestée par Bossuet et à la suite de la condamnation de son livre par le pape, il est exilé dans son diocèse. A la publication de son oeuvre didactique Les Aventures de Télémaque, inspirée de l'Odyssée, sa disgrâce fut agravée.
  • Fénelon a aussi cultivé des ambitions politiques, dans l'espoir de la venue du duc de Bourgogne, dont il avait été le précepteur de 1689 à 1695. Ami de Saint-Simon et, comme lui, adversaire de l'absolutisme, il souhaitait rétablir l'aristocratie dans toutes ses prérogatives, tout en soulignant l'importance des devoirs du roi et des grands envers le peuple. Avec le duc de Chevreuse, il rédige un plan de gouvernement (Les Tables de Chaulnes) selon lequel les états généraux devaient, réunis tous les trois ans, voter l'impôt, délibérer sur la paix et la justice, devaient par conséquent limiter le pouvoir du roi. Des états provinciaux seraient chargés de répartir l'impôt et de gérer de grands travaux. La noblesse dominerait toutes ces assemblées.
  • A propos des Aventures de Télémaque
    Pétri de culture antique, Fenelon s'inspire ouvertement de L'Odyssée qu'il entend prolonger en introduisant dans sa narration des personnages, des lieux, des références connus et appréciés du public de l'époque. Il définit son livre comme" une narration fabuleuse en forme de poème épique comme ceux d'Homère et de Virgile".
    Le livre est écrit pour former l'esprit de l'héritier, le turbulent duc de Bourgogne. Le futur roi devra, comme le jeune Télémaque, refuser l'autoritarisme, I'ambition, I'ostentation, le bellicisme afin de bâtir une société de modération, de justice, d'humanité. La leçon de Fénelon prépare celle des Lumières.
    Le message politique est disséminé dans la peinture d'une" cité idéale" obtenue par le recoupement des trois lieux privilégiés: la Crète, la Bétique, Salente. L'Utopie fénelonienne se fonde sur le respect de la nature, I'amour de la paix, le refus du luxe et de la richesse, la bienveillance du pouvoir, la réhabilitation du commerce.
    Reprenant la tradition du Roman d'aventures, certains principes du Baroque, le récit avance au gré des péripéties romanesques et sentimentales, et s'enrichit de retours en arrière et d'enchâssements.

 

Feuerbach Ludwig (Landshut, 1804 - Rechenberg,1872)

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

 

Feydeau Georges (1862 - 1921)

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

voir aussi : 235

 

Ficin Marsile (Figline, Toscane, 1433 - Careggi, Florence, 1499)

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

 

Fichte Johann Gottlieb (1762 -1814)

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

Voir aussi in : 180

 

Flaubert Gustave (Rouen, 1821 -Croisset,1880)

  • Fils d'un chirurgien, il passe son enfance en Normandie. Dès sa jeunesse, il travaille sur certaines oeuvres qu'il reprendra ( La tentation de Saint-Antoine, L'éducation sentimentale). Sous prétexte de se soigner, il entreprend avec son ami Maxime Du Camp un voyage au Proche-Orient. En 1842, il rencontre à Paris une amie d'enfance, Mme Schlésinger; leur amour probablement platonique sera relaté assez fidèlement dans L'éducation sentimentale >>. Puis il a une liaison avec la poétesse Louise Colet mais Flaubert refuse de se marier, et se retire à Croisset, avec sa mère. On lui fait un procès maladroit sur des scènes"indécentes" de Madame Bovary>>; publicité inespérée par le scandale... Flaubert entretient une correspondance abondante (13 gros volumes!). En 1875, Flaubert se ruine en vain pour éviter la faillite au mari de sa nièce tout en déclinant l'aide de ses amis et admirateurs (George Sand).
  • Homme double, oscillant sans cesse entre le Romantisme et le Réalisme, tiraillé à la fois par un immense besoin de lyrisme et par le désir de restituer"presque matériellement" ce qu'il voit, Flaubert trouve dans la recherche de la perfection formelle du style (dans le travail sur l'"écriture") son unité d'"artiste" fasciné par le vrai et le beau
    Romancier à l'oeuvre peu abondante mais très travaillée; il soumettait ses phrases à l'épreuve du"gueuloir" pour améliorer leur qualité prosodique.
    Salammbô lui coûta 6 années"dans les affres du style". Il se veut absent de l'histoire racontée, et porte un regard ironique et presque médical sur les malheureux personnages. Thèmes toujours pessimistes; souvent une vie brisée.
    Tous les romanciers"naturalistes" se réclameront de son héritage.
  • Oeuvres: Madame Bovary * ,1857 , Salammbô (1862), l'Éducation sentimentale (1869; première version, non publiée: 1843-1845), Bouvard et Pécuchet (inachevé, 1881). Dictionnaire des idées reçues (oeuvre posthume parue en 1911). Drame philosophique: la Tentation de saint Antoine (trois versions; dernière version, 1874). Récits: Trois Contes (1877)

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

Voir aussi in : 33 45 53 63 103 122 246 293 297 299 335

Étude de Madame Bovary: >>> 1 2

Bouvard et Pécuchet : vous devez être Abonné

Un coeur simple : vous devez être Abonné

 

Flemming Ian (1908-1964)

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

Voir : 259

 

 

Fontenelle (1657 -1757)

  • Neveu de Corneille, esprit curieux de tout, ouvert à tous les progrès de la science et de ses méthodes, il fut un vulgarisateur scientifique de grand talent (Entretiens sur la pluralité des mondes, 1686).
    Avec Fontenelle et plus tard avec les
    Encyclopédistes, la science cesse d'être pédante et de parler latin. Pour la première fois, on parle science au grand public, et surtout au public des salons. Avec les Entretiens sur la Pluralité des Mondes , c'est l'astronomie qui est mise à la portée du grand public cultivé. La plupart des gens à cette époque croyaient toujours au système de Ptolémée, qui plaçait la terre au centre de l'univers. Au cours d'une conversation galante, Fontenelle explique à une marquise qui n'est pas spécialiste, les secrets de la (nouvelle) mécanique céleste, selon le système de Copernic. Les Entretiens sont divisés en six Soirs , où il est question de la Terre, de la Lune, des autres Planètes, des Étoiles fixes et des découvertes récentes.
  • Critique historique audacieux, il applique la plus saine raison au domaine théologique ce dont témoigne de de l'Origine des fables (1684) et l'Histoire des oracles (1687) où il dénonce sans ménagement l'obscurantisme d'une pensée religieuse par trop omniprésente qui se nourrit de "fables", c'est à dire de récits purement imaginaires, et qui renforce la crédulité des hommes.
  • Sa foi dans le progrès fait de lui un précurseur des Philosophes des Lumières. Il devient membre de l' Académie française en 1691 et de l'Académie des sciences en 1697.

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

Voir aussi in : 114

 

Foucault Michel (1926 -1984)

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné


Voir : 181

 

Fourier Charles (1772 - 1837)

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

Voir : 113

Extrait

 

Florian Jean-Pierre (Claris de) (1755 -1794).

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

 

France Anatole (1844-1924)

  • Né parmi les livres (son père était libraire), il s'est attaché à la défense du goût classique et à la critique des préjugés dans les quatre romans de L'Histoire contemporaine (1896-1901), qui ont pour personnage central Monsieur Bergeret. Ce libertin (au sens de ce mot au 17-18ème) épris du XVIIIème siècle jette un regard plein d'ironie sur les habitudes bourgeoises, conjugales et sociales (Thaïs, 1890). Puis, s'il est séduit un temps par Boulanger, Barrès et Maurras (1888-1889), il s'engage aux côtés de Dreyfus, Picquart et Zola (L'Anneau d'améthyste en 1899 et Crainquebille en 1901 sont les seuls romans contemporains sur l'Affaire). Devenu socialiste, il admire profondément Jaurès, il s'enthousiasme pour les universités
    populaires et les coopératives ouvrières, écrit dans L'Humanité
    dès 1904 tout en restant à l'écart de tout engagement dans un
    cadre partisan. Intellectuel singulier et clairvoyant, Anatole France dénonça aussi le fanatisme révolutionnaire de la Révolution dans
    Les Dieux ont soif (1912), qui a pour cadre la période de la Terreur et s'il proclame un " Salut aux soviets "
    en 1922 , il ne s'inscrira jamais au parti communiste.
    Les luttes progressistes et pacifistes que cet intellectuel a menées et servies avec une plume dont on a souvent reconnu l'élégance sont couronnées par un prix Nobel en 1921, trois ans avant des funérailles nationales qui serviront de prétexte à la satire surréaliste pour enterrer Un cadavre.

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

extrait

 

Frege Gottlob (Wismar, 1848 - Bad Kleinen, Meklembourg, 1925).

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

Voir aussi in : 181

 

Freud (Sigmund) (Freiberg, Moravie,1856 - Londres, 1939)

Père de la psychanalyse, souvent controversé, Sigmund Freud est sans aucun doute l'un des scientifiques qui aura le plus influencé la pensée de son siècle .
Le cas d'Anna O., relaté par Joseph Breuer dans "Etudes sur l'hystérie", est traditionnellement reconnu comme le premier pas vers la théorie freudienne
Entre 1887 et 1902, il travaille à élucider les mécanismes du refoulement et la formation des symptômes, découvre l'Oedipe, 1897 et rédige "l'Interprétation des rêves" (1900) qui fait pour la première fois du rêve un objet d'étude scientifique. En 1905, il publie "Trois essais sur la théorie de la sexualité", second ouvrage capital avec "le Mot d'esprit dans ses rapports avec l'Inconscient". La psychanalyse est devenue la théorie du fonctionnement de l'appareil psychique. Et cette théorie fait des émules sous la forme de la Société psychologique du mercredi d'abord, institution analytique créée en 1902 qui regroupe les premiers disciples de Freud comme Paul Federn et Carl Gustav Jung, puis sous celle de la Société psychanalytique de Vienne (1908).
Entre 1910 et 1930, Freud fait publier un certain nombre d'ouvrages. Parmi eux, "Totem et tabou" (1913) qui lui permet d'introduire la notion de "narcissisme" à travers l'histoire des origines de l'humanité. En 1920, c'est "Au-delà du principe de Plaisir" ; Freud y expose ce qu'il désigne comme les pulsions de vie et de mort et soumet le modèle de l'appareil psychique faisant intervenir le Moi, le Ça et le Surmoi. Enfin, appliquant les théories psychanalytiques aux civilisations, il dénonce, d'abord dans "L'avenir d'une illusion" (1927) puis dans "Malaise d'une civilisation" (1929), le poids que la religion et la morale civilisée imposent à l'enfant.
En 1930, Freud reçoit le prix Goethe et ainsi la reconnaissance de l'Allemagne. Mais Hitler se profile à l'horizon et quatre ans plus tard, les nazis brûlent ses livres à Berlin. Freud est alors contraint à l'exil. Il quitte Vienne en 1938 pour s'installer en Angleterre où il continue à traiter de rares patients.

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

Froissart Jean (1337 ? - 1404)

  • Né à Valenciennes, probablement en 1337 et vraisemblement dans une famille bourgeoise, très jeune il a commencé à composer des poèmes dans le style courtois et les formes fixes popularisées par Guillaume de machaut: Le Paradis d'amour (1361-1362), L'Épinette amoureuse (v. 1369), La Prison amoureuse (1371-1372), L'Horloge amoureuse (v. 1368), Le Joli Buisson de Jeunesse (1373). L'affirmation de cet art lui valut très vite d'être reconnu puisqu'il est attaché à la reine, femme d'Edouard III d'Angleterre en qualité de secrétaire. Il perdra sa fonction avec la mort de celle-ci, lors de la peste noire de 1639.
  • C'est pendant ces années à la cour anglaise que Froissart a composé la plupart de ses poèmes et a commencé les recherches qui ont abouti aux Chroniques. Pendant cette période, il a entrepris au moins trois longs voyages: en Écosse en 1365; plusieurs mois en l'entourage du Prince Noir dans le sud de la France en1363 et au début de l'an 1366; en Italie en compagnie du second fils de Philippa (le fils de la femme d'Edouard III d'Angleterre), Lionel, pour son mariage avec Valentina Visconti, fille du duc de Milan. A la mort de la reine en août 1369, le poète déplora sa dispartition dans un poème émouvant ainsi que plus tard dans ses Chroniques. Il resta très lié à la famille de Philippa de Hainaut.
  • Par la suite au service de Wenceslas de Brabant, il compose le dernier roman arthurien en vers (et un des plus longs), Méliador qui, comme ses chroniques, est une glorification de la chevalerie. Après la mort de Wenceslas en 1383, Froissart s'est consacré presque entièrement à la rédaction de ses Chroniques de France, d'Angleterre et de pays voisins *, dans lesquelles nous trouvons un portrait idéalisé de la chevalerie et de l'aristocratie à l'époque de la Guerre de Cent Ans.

Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné

voir 343

 

Fromentin Eugène

56 30Désolé, mais pour accéder à la totalité de cet Article, vous devez être Abonné


voir 241

 

Furetière Antoine (1619 - 1688).

  • Avocat devenu abbé, il devient, pour des oeuvres sans grande postérité membre de l'Académie française en1662.
    Quelques années plus tard en 1666, il publie le Roman bourgeois (c'est à dire le roman de la bourgeoisie) où il s'inscrit contre la tradition idéaliste, prouvant avec humour et fantaisie que les bourgeois et leurs préoccupations ordinaires offrent eux aussi des ressources romanesques inépuisables.
    En 1684, il s'attire les foudres de l'Académie française qui n'apprécie pas qu'il produise pour son compte son Dictionnaire universel
    Dictionnaire universel (paru deux ans après sa mort), un ouvrage monumental remarqué par ses définitions brèves et claires, illustrées par des exemples simples, et par son classement alphabétique.

Cet article n'est accessible en totalité que par les abonnés

le Roman bourgeois
Pour accéder à cet article, vous devez être Abonné

Dictionnaire universel,
Pour accéder à cet article, vous devez être Abonné

Voir :253 380

 

DEMO

Dans la présente version démo, tous les articles ne sont pas entièrement accessibles
27/09/12
Si votre moteur de recherche vous a conduit à cette page sans être passé par le Portail, cliquez ici
FAQ

 RUBRIQUES à BAC:
http://www.rabac.com
rubriques sous copyright © Tous droits réservés

NICE
tel: (0033) 04 93 88 07 78

 

 
Littérature & Philosophie