BAC de Français (EAF ) et Terminale L, BTS... Prépas

 

Hamsun Knut (1859-1952)

Romancier norvégien; après une vie de petits metiers, son premier roman, La Faim (1890) lui apporta la célébrité. Il s'attacha ensuite à décrire un monde de vagabonds amoureux de la nature où éclatent toutes ses qualités de peintre et d'analyse.
Il s'impliqua malheuresement dans l'idéologie nazi.

Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

La Faim
Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

 

Hardy Alexandre (1570 -1632)

Poète dramatique français, il est le premier qui s'affranchit de l'imitation des Italiens, et de Sénèque. Il compose vite et sans souci de style, plus de cinq cent pièces.
S'il préfère le cadre plus de la Tragi-comédie , on lui doit cependant d'avoir préparé l'avènement de la Tragédie classique :
Mariamne (1600), Didon se sacrifiant (1603), en supprimant le Choeur resserant la définition de la crise tragique et en se souciant de la progression de l'interêt dans l'enchaînement des scènes.

Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

Voir aussi : 208

 

Hawthorne Nathaniel
(Salem, Massachusetts, 1804 - Plymouth, New Hampshire, 1864)

Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

voir aussi in : 268

 

Hegel Georg Wilhem Friedrich (Stuttgart, 1770 - Berlin, 1831)

Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

Voir aussi in :180

 

Heidegger Martin (1889 -1976)

Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

voir aussi: 162 181 228

 

Heine Heinrich (Düsseldorf, 1797 - Paris, 1856)

Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

 

Helvétius Claude Adrien (1715 - 1772)

Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

Voir aussi : Diderot La Mettrie

 

Hemingway Ernest (1899-1961)

  • Elevé dans la vérité sans fard de la vie par un père médecin, Hemingway devait tirer un sentiment profond de la cruauté qui marque toutes les manifestations de l'existence, sentiment qui s'accentua encore lorsqu'il s'engagea en 1917 sur le front italien où il fut griévement bléssé. Cet épisode fixa à tout jamais en lui la notion que la douleur est la condition de la vie et que les joies visibles sont liées à de profondes souffrances intérieures.
    Journaliste à Paris, il écrit des récits puis trois romans L
    e Soleil se lève aussi, L'Adieu aux armes, puis Mort dans l'après-midi. La guerre d'Espagne lui inspira Pour qui sonne le glas où il chante la condition humaine dans la lutte. Après dix ans de silence, il écrit Le Vieil homme et la mer * qui le rendit universellement célèbre et lui valut le Prix Nobel en 1954.
  • A considérer l'oeuvre dans son ensemble et dans son mouvement, on se doit de constater d'une part qu'elle est assez limitée en étendue (six romans et une cinquantaine de nouvelles), d'autre part qu'elle l'est aussi en développement : la quasi-totalité des thèmes se trouve en effet dès les nouvelles du premier recueil, que les recueils suivants, Hommes sans femmes (1927) et Le Gagnant ne gagne rien (1933), et surtout les six romans publiés de 1926 à 1952, n'ont généralement fait qu'amplifier, parfois péniblement, comme dans Au-delà du fleuve et sous les arbres. La clé de l'oeuvre se trouve sans doute dans le seul véritable"axe de développement" qu'on y trouve avant que le héros ne devienne générique, à savoir dans ce cycle éducatif que constituent d'un recueil à l'autre et malgré leur apparent désordre, les nouvelles ayant trait à Nick Adams.
    Hemingway n'a pas non plus révolutionné la technique du roman ; ce qui reste, c'est incontestablement une écriture, le fameux style"maigre" qui n'est d'ailleurs pas plus"réaliste" que le grand style rhétorique et qui est souvent la manière de parler de chacun, un style qui tend vers le"télégraphique". C'est cela sans doute le grand apport ; et cela comporte sans aucun doute une morale d'écrivain  voire une ascèse, tant il est vrai que Hemingway se situe dans la lignée des écrivains anglo-saxons pour qui toute esthétique implique une éthique plutôt qu'une métaphysique, comme l'écrivait
    Sartre à propos de Faulkner).
    Le moindre paradoxe du cas Hemingway n'est pas de constater que cette oeuvre en tous sens limitée est aussi l'une de celles qui ont le plus influencé la littérature moderne. Ce sera aussi le cas de celle d'Albert Camus

Le Vieil homme et la mer
Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

Voir aussi in : 247

 

Heredia (José Maria de) (La Fortuna, Cuba, 1842 -près de Houdan,1905)

  • Né à Cuba d'une famille franco- espagnole dont la fortune lui permettra de ne publier qu'à sa fantaisie, il sera influencé par Hugo, Chateaubriand, Ronsard. En1866 Hérédia rejoint dès sa fondation le Parnasse contemporain - école littéraire qui succède au Romantisme-, avec Sully Prudhomme, Catulle Mendès, Leconte de Lisle... et fera paraître son premier et unique recueil de sonnets en 1893 les Trophées
  • Sa poésie est descriptive, formelle, avec un souci de la précision, de l'image, mais haute en couleur, à la différence de l'austérité de Leconte de Lisle. Parmi ses thèmes favoris : l'histoire, la légende, la nature.
    Il est reçu à l'Académie française en 1895

Les Trophées
Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

Voir aussi in : 137

Hérodote (484-425 av JC)

  • Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés


  •  

    Hésiode (milieu du VIIIe s. av. J.-C.)

    Poète grec, le premier des trois grands poètes didactiques de l'Antiquité. Virgile et Lucrèce se sont librement inspirés de son oeuvre: les Travaux et les Jours *, la Théogonie *.On lui doit notamment le mythe de l'Âge d'Or Hésiode parle d'une race d'or pour laquelle les soucis, les misères, la vieillesse sont des maux inconnus et dont tous les biens sont en commun.

    extrait des Travaux et des jours

    La Théogonie
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

     

    Hobbes Thomas (Westport, Malmesbury, 1588 - Hardwick, 1679)

    • Philosophe anglais. Sa pensée politique (De cive, 1642; Léviathan, 1651), qui découle d'un Empirisme nominaliste et rationaliste et d'une morale utilitaire, prône le despotisme. La philosophie de Hobbes constitue en effet une réaction à la liberté de conscience instaurée par la Réforme, laquelle génère, selon lui, l’anarchie. Il opère la scission de la philosophie anglaise et de la scolastique, et cherche à appliquer aux êtres humains, à la fois artisans et sujets de la société, les principes de la physique qui gouvernent le monde matériel.
      Hobbes élabore sa théorie politique et son éthique sur une base naturaliste. Il soutient que "l’Homme est un loup pour l’Homme" et que pour échapper à la crainte de la mort qui guettait les individus isolés dans l’"état de nature", avant la naissance de l’État, ceux-ci se résolurent à s’imposer des lois fondées sur le contrat social. Selon Hobbes, afin de garantir la sécurité des personnes et des biens — vocation première de l’État —, les citoyens doivent se soumettre au même type de contrat social qui a permis d’instaurer la société civile : ils doivent renoncer à leur pouvoir politique et économique en faveur du prince, qui, bien qu’il ne soit pas infaillible, est le seul à pouvoir épargner à ses sujets les conflits sociaux auxquels les portent leurs inclinations naturelles.
    • Hobbes a été dénoncé à l'âge classique à la fois comme athée (puisque Dieu n'intervient pas dans son système) et comme soutien de la tyrannie (dans la mesure où il refuse toute garantie aux sujets). Rousseau condamne ses "dangereuses rêveries" ( Discours sur les sciences et les arts), il lui accorde qu'à l'état de nature l'homme n'use pas de sa raison, mais ajoute que l'absence de passions et de vices empêche cet état d'être un état de guerre (second Discours) ; il approuve sa conception de l'unité entre Etat et religion dans le dernier chapitre du Contrat social ().

    Voir aussi in : 159 189

    Inforond

     

    Hölderlin Friedrich (Lauffen, Wurtemberg, 1770 - Tübingen, 1843)

    Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

     

    Hoffmann (Ernst Theodor Wilhelm, puis Amadeus)
    (Königsberg, 1776 - Berlin, 1822)

    Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    Voir :49 311 348

     

    Holbach Paul Henri Dietrich (baron d') (Palatinat, 1723 - Paris, 1789)

    Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    Voir aussi in : 150

     

    Homère 

    • Considéré comme l'auteur de l'Illiade et de l'Odyssée, Homère est le plus célèbre des poètes grecs. Si toute l'Antiquité crut à son existence, personne n'est capable aujourd'hui de dire s'il a vraiment existé et s'il est l'auteur de l'Iliade et de l'Odyssée . En effet, on n'a dans l'Antiquité aucun témoignage fiable sur la réalité d'Homère qui soit antérieur à l'époque classique et en particulier à la première " biographie " conservée, attribuée dans l'Antiquité à l'histoiren Hérodote, en réalité anonyme, mais à peu près contemporaine d'Hérodote. Selon cette "biographie" la vie d'Homère se situe quelque quatre cents ans avant l' époque d'Hérodote, c'est-à-dire au IXème siècle avant JC . Selon la tradition, il aurait dirigé une école de rhétorique, puis voyagé dans toute la Méditerranée. Devenu vieux et aveugle (d'où son nom qui signifie absence de jour), il aurait exercé toujours sa fonction d'aède, allant de ville en ville chantant ses poèmes. Il serait mort à Ios.

    Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

     

    Horace (65 - ?, 8 av. J.-C.)

    • L'un des plus grands poètes latins. Ses premières oeuvres (Satires *, Épodes *) lui valurent l'amitié de Virgile et la protection (v. 39 av. J.-C.) de Mécène, politicien influent, protecteur des artistes et ami du futur imperator, il dut sa gloire de poète lyrique à ses Odes *(>->186)dont Ronsard au XVIème siècle s'est inspiré.
      Dans les Satires, Horace traite, sous la forme de dialogues de forme assez libre, composés en hexamètres, de questions morales portant sur l'avarice, la rapacité, ou l'ambition. Les Satires sont remarquables par l'esprit de tolérance qui les anime et la liberté du ton qui y règne.
      La même année que son deuxième recueil de satires, Horace publie ses
      Épodes: cet ouvrage contient notamment un plaidoyer pour la fin de la guerre civile qui déchire Rome.
      Mais son oeuvre la plus connue est constituée de ses
      Odes. S'il emprunte la manière et certains de ses sujets aux poètes grecs qu'il a étudiés pendant sa jeunesse, il n'en chante pas moins des valeurs universelles comme l'amour, l'amitié, la paix ou la patrie. L'influence de ses Odes demeure durable, puisque des écrivains français comme Ronsard ou Du Bellay s'en inspirent au XVIème siècle, et que des poètes anglais des XVIIIème et XIXème siècles n'hésitèrent pas à les imiter.
      Dans le premier livre des Epîtres, paru en 20 av JC, recueil de vingt courtes lettres rédigées en hexamètres, il présente les réflexions que lui inspirent la littérature, la philosophie et la société
      y développe une morale épicurienne et situe la sagesse dans le"juste milieu" dont Montaigne au XVème siècle s'inspirera
      Puis, sur les instances d'Auguste, il revient à la poésie lyrique, avant de publier le second livre des Épîtres, le quatrième livre des Odes et son Épître aux Pisons, que nous connaissons aujourd'hui sous le titre d'Art poétique,(vers 20 avant J.-C.) qui constitue un véritable traité de littérature. Dans l'Art poétiqueHorace y étudie spécifiquement les règles du discours poétique tragique et épique. Son ouvrage inaugure une longue série d'autres Arts poétiques : ne serait-ce qu'en France ceux de Thomas Sébillet (1548), de Peletier du Mans (1555), de Vauquelin de La Fresnaye (1605), de Boileau (1674), puis, beaucoup plus tard, de Verlaine (1882), de Claudel (1907), d'Aragon (1941), etc. L'influence de Horace quant au precepte selon lequel l'oeuvre d'art doit joindre"l'utile" à "l''agréable" sera particulièrement marquée au XVIIème et au XVIIIème siècle.

    Les Épodes.
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    Les Satires
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    Les Odes
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    Les Épîtres
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

     

    Houdar de La Motte Antoine, dit aussi La Motte-Houdar (1672 - 1731)

    • Ecrivain, il ranime la Querelle des Anciens et des Modernes en 1713 (traduction abrégée de l'Iliade, précédée d'un Discours critique sur Homère). il devient membre de l'Académie française en1710.

     

    Hugo Victor (1802 - 1885).

    • Fils d'un général d'Empire, il fait ses études à Paris, au lycée Louis-le-Grand. Dès l'âge de 14 ans, il écrit"je veux être Chateaubriand ou rien" En 1822, Louis XVIII lui attribue une pension pour son premier recueil: Odes, et il épouse Adèle Foucher, dont il aura cinq enfants. Entre 1827 (Préface de Cromwell) et 1830 (représentation d' Hernani, qui est l'occasion d'une célèbre"bataille"), il s'affirme comme le chef du Romantisme et consacre la défaite du Classicisme.
    • De 1830 à 1840, il publie: un grand Roman historique, Notre-Dame de Paris ,1831 (<>>); des drames, Marion de Lorme (1831), Le roi s'amuse (1832), Marie Tudor (1833), Lucrèce Borgia (1833), Ruy Blas,1838 (<E>); et surtout quatre recueils de poésies, où il se montre maître dans l'expression lyrique des idées et des sentiments: les Feuilles d'automne (1831), les Chants du crépuscule (1835), les Voix intérieures (1837), les Rayons et les Ombres (1840). En 1833, Juliette Drouet entre dans sa vie; leur liaison durera jusqu'à la mort de Juliette (1883).
    • En 1841, il entre à l'Académie Française (après trois échecs)En 1843, sa fille Léopoldine se noie. A partir de cette date, sans restreindre son activité littéraire, il se lance dans la vie politique (>->197): auteur extrêmement populaire en son temps, par l'engagement social de ses écrits et par ses idées généreuses. Il est persuadé que le poète, l'homme de lettres a une mission, une fonction à remplir auprès de ses contemporains. Élu député en 1848 sur une liste de droite, il soutient la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence de la République. L'année suivante cependant, il s'oppose aux projets de Louis-Napoléon qu'il considère désormais comme un tyran. Violemment opposé au coup d'État du 2 décembre 1851 (pamphlet sur"Napoléon-le-Petit")il tente, en vain, d'organiser la résistance. Le 11 décembre au soir, muni d'un faux passeport, il prend le train pour Bruxelles. C'est le début de 19 années d'exil. Devenu républicain il ne reviendra à Paris qu'en 1870 où il jouira d'un prestige et d'une influence immenses. Durant son exil, il produira ses plus grandes oeuvres: Les Chatiments * Les Contemplations, La Légende des siècles (>E<) et Les Misérables >*<.
      Élu à nouveau député, il démissionne, milite pour l'amnistie des Communards; élu sénateur en 1876, il se détourne de la politique. A sa mort en 1885 le gouvernement lui fera des funérailles nationales en 1885 (Arc de Triomphe, Panthéon...)
    • Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    • FICHIERS AUDIO:

    55 61 95 103 139 146 161 171 174 264 318

    Cromwell
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    Les orientales
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Hernani (1830) drame ( >E< )
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Notre dame de Paris
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Ruy Blas
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Les Rayons et les Ombres
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Napoléon-le-Petit
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Les Chatiments
    dossier <D>; Études: >E< >E<
    La Légende des siècles >E<
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Les Contemplations
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Les Misérables
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Chansons des rues et des bois
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Les Travailleurs de la Mer
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Quatrevingt-treize (>E< >E<)
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    L'art d'être grand-père
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    Dieu
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés
    La fin de Satan
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

     

    Hume David (Édimbourg, 1711 - id., 1776)

    • Grand voyageur, il mène une vie assez mondaine et fréquente les salons parisiens. Il ramène Rousseau avec lui à Londres en 1766, Rousseau cherchant à ce moment asile en Angleterre. Il faut dire que Rousseau entretenait des relations assez troubles avec bon nombre de philosophes. Hume n'y échappera pas : Rousseau pensera même que Hume et d'autres philosophes montaient une conspiration contre lui. Parmi l'oeuvre de Hume, on peut mentionner: Traité de la nature humaine (1739); Essais moraux et politiques (1741-1742); Essais sur l'entendement humain (1748); Enquête sur les principes de la morale (1751); Histoire d'Angleterre (1754-1762).
      Après
      Locke et Berkeley, Hume analyse avec précision le domaine de l'expérience et critique, notamment, les notions de substance et de causalité. La causalité, par exemple, est bien loin de pouvoir nous permettre de déduire un effet de sa cause, comme l'a cru le Rationalisme; habitude de l'esprit, elle se fonde sur la liaison constante observée entre la cause et l'effet. Il en va de même de l'existence du monde extérieur, de l'immatérialité de l'âme, de l'identité personnelle, principe de la morale. Toutefois, la croyance universelle et spontanée, due à l'imagination et non à la raison, constitue un guide suffisant pour l'action humaine.

    Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    Voir aussi in 169

     

    Husserl Edmund (Prossnitz, Moravie, 1859 - Fribourg-en-Brisgau, 1938)

    Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    162 181 Sartre

     

    Huxley Aldous (1894-1963)

    • Déjà avec Contrepoint (1928), assez parent avec les Faux Monnayeurs de Gide, on sent poindre la préoccupation des problèmes moraux (par exemple celui de l'acte gratuit) qui agitaient les milieux cultivés de l'entre-deux guerres
      Mais, il doit une bonne part de sa célébrité au
      Meilleur des mondes (1932), roman qui tout en participant de la Science-fiction par sa thématique, constitue "une satire très forte de l'américanisation du monde, comme du culte positiviste de la science" Il est d'ailleurs significatif à cet égard qu'Aldous Huxley ait toujours refusé de laisser assimiler son oeuvre au genre de la Science-fiction. Ce roman pourrait donc occuper la case vide antithétique du merveilleux, où le héros est écrasé par un monde technique issu de la science. Il serait là en compagnie de 1984 et de Fahrenheit 451, comme de toutes les "dystopies" (contre-Utopies ) créées en contrepoint à la mythologie du progrès, que celles-ci mettent en scène la crainte engendrée par la science, ou des utopies politiques poussées à l'extrême . , .
      A partir de 1935 on le voit, sous l'influence du boudhisme, adopter un ton nouveau de réformateur mystique, et exhorter les européens à renouer avec l'essence des choses (
      La Pensée des profondeurs , 1936....jusqu'à La Philosophie éternelle , 1946). En 1962, il écrit Island, l'antidote au Meilleur des Mondes, une utopie positive.

    Le meilleur des mondes.>>>
    Désolé, mais cette section n'est accessible que par les Abonnés

     

    Huysmans

    Tour à tour Naturaliste,"décadent", sataniste, catholique (il sera tenté vers la fin de sa vie par la vie monastique), Huysmans est un écrivain qui échappe aux classifications bien que son oeuvre au total reflète une unité profonde.

    Il s'essaie d'abord à la poésie par un recueil en prose, le Drageoir à épices (1874) puis se lance dans la bataille naturaliste derrière Zola (Sac au dos, Les Soeurs Vatard, 1879, En ménage,1881, A vau-l'au, 1882 mais réalise que le Naturalisme est une impasse, condamné"à se rabâcher, en piétinant sur place".

    Il quitte le mouvement naturaliste (>§<) en publiant A rebours (1884), un roman qui incarne l'esprit de la décadence puis après un détour par le satanisme et l'Occultisme dans Là-bas (1891), il conte sa conversion dans En route (1895).
    Du Naturalisme de ses début si il garde le souci du détail, du document vrai, de la langue étoffée et nerveuse mais il veut se faire aussi"le puisatier de l'âme"
    Cet Article n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    À vau-l'eau
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    À rebours
    Cette Section n'est accessible en intégralité que par les Abonnés

    215

    Dans la présente version démo, tous les articles ne sont pas entièrement accessibles

    Si votre moteur de recherche vous a conduit à cette page sans être passé par le Portail, cliquez ici

     RUBRIQUES à BAC:
    http://www.rabac.com
    rubriques sous copyright © Tous droits réservés

    NICE
    tel 04 93 88 07 78

     

     
    Littérature & Philosophie