ELLIT, biographies et auteurs

Bac de Français: EAF et Terminale L

 

Walpole Horace (1717-1797)

  • Walpole ne fut pas seulement un des conteurs les plus originaux de sa génération, mais aussi un précurseur du surréalisme ou de Lewis Carroll dans ses Contes hiéroglyphiques, et le véritable inventeur de l’écriture automatique. Comme le dit Paul Eluard, Horace Walpole a été le précurseur du roman noir : de Maturin (pour la mise en scène), de Lewis (pour la précipitation passionnée des événements), d’Ann Radcliffe (pour l’atmosphère et le droit à l’absurde) et même d’Achim d’Arnim (pour la froideur dans le bizarre). Sa lettre à la marquise du Deffand est prémonitoire : "Je n’ai pas écrit mon roman pour ce siècle-ci, qui ne veut que de la raison froide (…) il ne sera goûté que plus tard". Ce qui fait la force et la faiblesse du conte, comme de la plupart des textes romantiques, c’est qu’il ne peut être lu de sang-froid. L’on comprend l’apostrophe à Voltaire.
  • A l'origine des premiers romans dits" gothiques" qui laissent libre cours aux forces mystérieuses de la personnalité, en réaction contre la domination de la raison, Horace Walpole avec le chateau d'Otrante (1764), le seul roman qu'il ait écrit, développe une vision totalement imaginaire, mise au service du macabre et de l'expression d'une sexualité jusqu'alors refoulée. L'auteur se voile d'anonymat et prétend qu'il s'agit d'un vieux récit découvert dans la bibliothèque d'une vieille famille catholique de l'Angleterre du nord et imprimé en 1529. Certains y virent une supercherie littéraire. Quoiqu'il en soit, l'ouvrage décrit une malédiction qui poursuit une famille dont l'aïeul a acquis son titre de prince d'Otrante par le crime. L'idée est que les enfants sont punis pour les crimes des pères, idée dont Edgar Allan Poe saura se souvenir pour La Chute de la maison Usher. On y trouve par ailleurs un géant en armure, une statue qui saigne, l'apparition d'un squelette dans l'oratoire d'un château... Comme souvent dans le roman gothique, le lieu principal est un château où se déroulent dans ses souterrains et ses tours des fuites éperdues, des scènes de violence, des poursuites acharnées et des scènes d'angoisse et qui influencera par la suite l'oeuvre du marquis de Sade.
  • Ce roman inspirera fortement les Surréalistes. Paul Éluard parlera à son propos de " justes images des songes " tandis qu'André Breton, saisi par l'omniprésence de l'atmosphère de rêve qui entoure le roman parlera de première expérience d'écriture automatique.C'est seulement la deuxième édition (1765) qui portera le sous-tire qui aura une belle postérité de " gothic story ". Pour Walpole, son roman est " gothique " parce qu'il se déroule au Moyen Age et s'inspire des romans de chevalerie qu'il adapte seulement à la mentalité moderne. Mais ce faisant il crée un genre, ancêtre du roman noir et du roman fantastique qui va s'écarter peu à peu de cette référence médiévale de sorte que l'on pourra avoir d'authentiques romans " gothiques " sans lien aucun avec la période médiévale. Ainsi en est-il du Frankestein de Mary W. Shelley.

voir 268

 

 

Wordsworth William (Cockermouth, 1770 - Rydal Mount,1850)

Cet Article n'est accessible que par les Abonnés

 

 

Wells Herbert George (1866-1946)

  • En 1895 il publia la Machine à explorer le temps qui eut un succès immédiat. Parut alors une série de romans d'anticipation: la Visite Merveilleuse (1895), l'Ile du Docteur Moreau (1896), I'Homme invisible (1897), la Guerre des mondes (1898), les Premiers Hommes dans la lune (1901) où Wells déploie une imagination extraordinaire à la fois biologique et astronomique.
  • De l'envahisseur extraterrestre au voyage temporel, en passant par un pouvoir surhumain, Wells a donné à la science-fiction quelques-uns de ses plus célèbres archétypes.
  • Mais Wells était un moraliste sceptique, sinon pessimiste. Pour lui, la science était un synonyme d'espérance mais aussi de danger
    Wells gardait un souci passionné pour l'homme et la société, ce qui le conduisit à abandonner l'anticipation pour une comédie réaliste de la petite bourgeoisie. Il puisa dans ses souvenirs de jeunesse pour écrire
    Love and Mr Lewisham (1900), Kipps (1905), Tono Bungay (1909), I' Histoire de Mr Polly (1910) et se fit le porte-parole des pauvres et des frustrés, révélant leurs aspirations et leurs déceptions.
    Ce fut à cette époque qu'il affirma ses idées fondée sur la théorie biologique de l'évolution des espèces, en l'évolution de la société vers une des utopies théories socialistes dans des essais tels que
    A Modern Utopia (1905) et New Worlds for Old (1908).
  • La première guerre mondiale ébranla cette foi dans le progrès de l'humanité et dans Mr Brittling (1916) il présenta une satire des Anglais durant la guerre.
    Ses oeuvres suivantes sont plutôt didactiques :
    le Monde de William Clissold (1926) et la trilogie la Science et la vie (1929) préconisant l'instauration d'un État mondial. Dans les années trente il devient de plus en plus pessimiste et sa dernière oeuvre Mind at the end of its Tether (1945) dépeint un monde sombre où la nature rejette l'homme et finit par le détruire

 

 

Wittgenstein Ludwig (Vienne, 1889 - Cambridge, 1951)

Cet Article n'est accessible que par les Abonnés

Voir aussi in : 181

 

Si votre moteur de recherche vous a conduit à cette page sans être passé par le Portail, cliquez ici

Dans la présente version démo, tous les articles ne sont pas entièrement accessibles

 RUBRIQUES à BAC:
http://www.rabac.com
rubriques sous copyright © Tous droits réservés

NICE
tel 04 93 88 07 78

 

 
Littérature & Philosophie